Thèse

Perceptions et aspirations des médecins généralistes civils et militaires à propos de leurs pratiques de la médecine d'urgence en soins primaires / Florence Ferrigno, Joseph Coutin; sous la direction de Aurélie Janczewski

  • Texte
  • sans médiation
  • Volume
  • Perceptions et aspirations des médecins généralistes civils et militaires à propos de leurs pratiques de la médecine d'urgence en soins primaires / Florence Ferrigno, Joseph Coutin; sous la direction de Aurélie Janczewski
  • Perceptions et aspirations des médecins généralistes civils et militaires à propos de leurs pratiques de la médecine d'urgence en soins primaires Florence Ferrigno, Joseph Coutin 2019
  • 2019
  • 1 vol. (70 f.) : ill.; 30 cm
  • Bibliogr. p. 60-63 (44 réf.)
  • En appendice, annexes, choix de documents
  • Thèse d'exercice Médecine. Médecine générale Aix-Marseille 2019
  • Mémoire de DES Médecine. Médecine générale Aix-Marseille 2019
  • Contexte : La pratique de la médecine d’urgence en médecine générale est une partie du travail du médecin généraliste en soins primaires. L’objectif de cette étude est d’explorer le vécu et la représentation des médecins généralistes au sujet de la médecine d’urgence en soins primaires. Méthode : Pour cela il a été réalisé une étude par méthode qualitative avec approche par théorisation ancrée et réalisée à partir de 15 entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes. Résultats : Il a été identifié à travers cette étude deux catégories de médecin : ceux pratiquant habituellement la médecine d’urgence et ceux la pratiquant moins. Parmi ceux qui pratiquaient la médecine d’urgence, il a été détecté des déterminants en lien avec cette pratique : le goût de la médecine d’urgence, l’apport tant sur le plan personnel que social. Il a été également identifié des facteurs pouvant orienter un médecin généraliste vers la médecine d’urgence : la formation, l’intérêt intellectuel à pratiquer de l’urgence, le partage avec les pairs, la sensation de ressentir des compétences et la pratique ou les lieux d’exercice du médecin généraliste. Il a été aussi authentifié des éléments restreignant la pratique de la médecine d’urgence par les médecins généralistes : les mauvaises expériences en médecine d’urgence, le lieu d’exercice, les mauvaises représentations de la médecine d’urgence, le manque de formation, les mauvaises relations avec les autres intervenants. Le patient est une réalité essentielle dans la pratique de la médecine d’urgence, tout comme les relations avec l’Hôpital. Conclusion : La pratique de la médecine d’urgence en médecine générale est une réalité complexe tant par l’appréciation qu’en ont les médecins généralistes que par le type de pratique associé à cet exercice. Il a été montré par cette étude que la participation des médecins généralistes à la médecine d’urgence pouvait être augmentée en favorisant les liens entre ville et hôpital et entre les différents médecins entre eux.
Lien copié.