Mémoire

Intégration de l'anthroporadiométrie dans le plan d'urgence interne de l'Île Longue : intérêts et limites / Anne-Gaëlle Hemery; directeur de mémoire, Jean-Laurent Cayla,...

  • Texte
  • sans médiation
  • Brochure
  • Intégration de l'anthroporadiométrie dans le plan d'urgence interne de l'Île Longue : intérêts et limites / Anne-Gaëlle Hemery; directeur de mémoire, Jean-Laurent Cayla,...
  • 2017
  • 1 vol. (34 f.) : ill.; 30 cm
  • Mention "Diffusion restreinte"
  • Partenaires associés : École du Val-de-Grâce; Commissariat à l'énergie atomique
  • (BCSSA) Version électronique disponible au format pdf
  • Bibliogr. f. 23-25
  • Mémoire de diplôme universitaire Sciences et technologies. Santé publique et sciences sociales. Risques sanitaires radionucléaires, biologiques, chimiques et explosifs. Option "NR" Paris 6 2017
  • La base opérationnelle de l'Ile Longue accueille depuis toujours les SNLE et leurs missiles balistiques. Il existe un réel risque d'accident radiologique et nucléaire. Pour y faire face, la base dispose d'un plan d'urgence interne. Ce dernier stipule qu'en cas d'urgence radiologique, l'anthroporadiométrie doit être armée dans les plus brefs délais. Ce mémoire a pour objet de comprendre pourquoi cet outil de mesure in vivo de la contamination interne est intégré dans le PUI alors qu'il est possible de mettre en place des traitements dans les deux heures sur simple suspicion. Cette limite n'est pas la seule à son utilisation dans le cadre de l'urgence. L'anthroporadiométrie permet de mesurer uniquement des radioéléments émetteurs X ou gamma et d'une énergie supérieure à 200 keV. Elle n'est donc pas utile en cas d'accident d'arme. Elle présente en revanche quelques avantages. Cet examen est rapide (5 minutes en situation d'urgence) et non invasif mais il est avant tout un outil précieux dans la gestion de la crise psycho-sociale car elle permettrait d'éviter l'escalade des réactions d'anxiété et la désorganisation.
  • The operational base of "l'Ile Longue" welcomes for a long time the French Navy's SSBN (Sub-Surface Ballistic Nuclear) and their ballistic missiles. There is a real risk of radiological and nuclear accident. To address it, the base has an internal emergency plan. The latter states that in case of a radiologic emergency, the whole body counting must be equipped as soon as possible. The aim of this report is to understand why this in vivo measurement for the internal contamination is integrated within the internal emergency plan while it is possible to set up treatments within two hours on simple suspicion. This limit is not the only one in its use within the framework of the urgency. The whole body counting allows to measure only broadcasting radioelements X or gamma and energy superior to 200 keV. Thus it is not useful in the event of weapon accident. On the other hand, it has some advantages. This examination is quick (5 minutes in an emergency) and non invasive but it is above all a valuable tool in managing the psychosocial crisis because it would avoid the escalation of anxiety reactions and disorganization.
Lien copié.