Monographie

Le temps de la guerre de Cent ans : 1328-1453

  • Le temps de la guerre de Cent ans : 1328-1453
  • Histoire de France [4]
  • Paris : Belin, DL 2010
  • 1 vol. (669 p.) : ill. en coul., cartes, graph., plans, tabl. généalogiques, couv. ill. en coul.; 24 cm
  • 978-2-7011-3361-4
  • 944
  • Bibliogr. p. 635-648. Index. Chronol. Glossaire
  • I. LA FRANCE EN 1328 : L'EQUILIBRE. - II. L'ETAT DE GUERRE : LA CRISE EXTERIEURE (1337-1360). - III. GUERRE ET FISCALITE : LA CRISE INTERIEURE (1355-1369). - IV. L'OPINION, LA REFORME DU ROYAUME ET LA COMMUNICATION POLITIQUE AU XIVe SIECLE. - V. LA VICTOIRE DE L'IMPOT ET LA REVANCHE (1369-VERS 1400). - VI. L'AGE D'OR CURIAL DE LA FIN DU XIVe SIECLE. - VII. LA GUERRE DES PRINCES (1407-1435). - VIII. LES EPIDEMIES ET LA SAIGNEE DEMOGRAPHIQUE (XIVe-XVe SIECLE). - IX. DEPRESSION AGRAIRE ET MUTATION INDUSTRIELLE (XIVe- XVe SIECLE). - X. UNE SOCIETE EBRANLEE (XIVe- XVe SIECLE). - XI. CRISE DE L'EGLISE ET ESSOR DU CHRISTIANISME (XIVe- XVe SIECLE). - XII. LE REDRESSEMENT : LA FRANCE ENTRE 1435 ET 1461. - L'ATELIER DE L'HISTORIEN : XIII. LES SOURCES DANS LE CONTEXTE CULTUREL DE LA FIN DU MOYEN AGE. - XIV. Y A-T-IL UNE CRISE A LA FIN DU MOYEN AGE ?. - XV. ENTRE HISTOIRE ET MEMOIRE : JEANNE D'ARC, UNE HEROINE DISPUTEE. - XVI. UN NOUVEAU CHAMP DE RECHERCHE : L'ALIMENTATION A LA FIN DU MOYEN AGE
  • La France des XIVe et XVe siècles est une France marquée par la tragédie : famines, pestes, révoltes populaires, conflits civils et militaires... C'est le siècle de la "Guerre de Cent Ans". Cette guerre connut plusieurs phases, entrecoupées d'accalmies et de trêves. La durée du conflit, les souffrances de ceux qui l'ont provoqué ou en ont pâti, interdisent cependant de le réduire à l'écume des jours, de le résumer à l'apparence des événements dramatiques : c'est la raison du titre de cet ouvrage. Car ce livre s'attache moins à la narration circonstanciée des misères et malheurs de ces guerres sans fin, qu'à les comprendre, afin de restituer l'ordre qui se cache derrière le désordre et le chaos des apparences. L'"automne du Moyen Âge" est marqué par l'affirmation de l'État monarchique, une construction territoriale unifiée par la soumission à la souveraineté du roi. La conscience d'une identité "nationale", incarnée par Jeanne d'Arc, s'est forgée dans la douleur et l'épouvantement d'un siècle de fer, alors que Charles VII (1422-1461) n'est plus un prince féodal mais un véritable chef d'État. Boris Bove renverse quelques idées reçues à propos de "la crise" des XIVe et XVe siècles : il invite à se méfier des chroniqueurs, trop enclins à détecter les signes annonciateurs de l'Apocalypse et du Jugement dernier, souvent portés à l'amplification des "malheurs du temps" pour mieux en rendre responsable le parti adverse, ennemi de toute "réforme". Le temps de la guerre de Cent Ans n'est pas celui d'une décadence globale mais une période tourmentée et féconde, comme en témoigne l'éclat des arts, des lettres et de la vie de cour et qui parvient, malgré tout, à renaître et à édifier les fondements d'un monde nouveau. [4e couv.]
Lien copié.