Article

La folie, d'Érasme à Foucault. Depuis quand a-t-on peur des fous ?. 2, Le temps des fous heureux ?

  • La folie, d'Érasme à Foucault. Depuis quand a-t-on peur des fous ?. 2, Le temps des fous heureux ?
  • 51
  • 2011
  • p. [33]-55 : ill. en noir et en coul.; 28 cm
  • Notes bibliogr.
  • 1. Moyen Age : démoniaques, malades ou amoureux ? / Jean-Marie Fritz. - 2. Un prêtre cartographie ses délires / Patrick Boucheron. - 3. Charles VI, le roi malade et bien-aimé / Bernard Guenée. - 4. Une vie de bouffon / Maurice Lever. - 5. Renaissance : la folie était à la mode / Claude Quétel
  • A l'époque médiévale, la figure du fou est loin d'être univoque. Il est le bouffon qui fait rire, l'insensé qui ne croit pas en Dieu, mais aussi le malade qu'on soigne. Avant de devenir l'allégorie d'un monde fou. - 1. Le fou médiéval relève tour à tour de l'Église, de l'hôpital ou de la prison. C'est un possédé à exorciser, un malade à soigner, un fauteur de troubles qu'il convient d'enfermer ou encore un fou d'amour à consoler. - 2. Opicinus de Canistris, modeste prêtre italien du XIVe siècle, noircit, la nuit, papiers et parchemins, sur lesquels il couche ses angoisses. Autoportraits délirants, confessions obsessionnelles, cartes extravagantes : depuis les années 1930, psychiatres et psychanalystes se sont penchés sur ce journal. - 3. Dans un accès de fureur en 1392, Charles VI a tué quatre hommes. Le roi est fou et sa maladie se révèle incurable. Est-ce l'effet d'un empoisonnement, d'un sortilège, d'une malédiction divine ? Inutile, le roi reste pourtant irremplaçable. Et, loin de le rejeter, les Français semblent l'aimer davantage. - 4. Depuis le Moyen Age, les princes ont pris l'habitude de s'entourer d'êtres disgracieux : nains, bossus et... fous. L'essentiel est de faire rire. Mais les fous permettent aussi de dire des choses qui ne pourraient l'être autrement et sont les seuls à pouvoir se montrer familiers avec le souverain. - 5. De l’extraordinaire succès du best-seller La Nef des fous, en 1494, à celui de L’Éloge de la folie d’Érasme en 1511, en passant par Jérôme Bosch et Pieter Bruegel, la dénonciation de la folie du monde conquiert la littérature et les arts. Toute une culture s’épanouit
Lien copié.