Monographie

La France et le roi : de la Restauration à nos jours : 1814-1994. Jean-François Chiappe

  • La France et le roi : de la Restauration à nos jours : 1814-1994. Jean-François Chiappe
  • Paris : Perrin, 1994
  • 706 p : couv. ill. en coul; 24 cm
  • 978-2-262-01031-7
  • 944.06
  • Voici sous une plume savante, mais alerte, l'histoire et, risquons le mot, le roman des amours contrariées de la France et du Roi, de 1814 à nos jours. Jamais une telle entreprise n'avait été menée à bien. Comment et pourquoi la monarchie légitime a-t-elle grandi sous Louis XVIII et Charles X avant que de tomber au profit du régime de juillet ? C'est l'histoire de la Restauration. Comment et pourquoi, après les 18 années de règne de Louis-Philippe, la nation a-t-elle divorcé du roi-citoyen ? C'est l'histoire de la Monarchie de juillet. Comment et pourquoi la fusion réalisée entre le comte de Chambord et le comte de Paris n'a-t-elle pas forgé une IIIe Restauration ? C'est l'histoire des royalistes face à Louis Napoléon Bonaparte. Comment et pourquoi, après le refus du comte de Chambord d'adopter les trois couleurs, les royalistes fondent-ils une monarchie parlementaire sans roi ? C'est l'histoire de la "république des ducs" sous le maréchal de Mac-Mahon. Comment le royalisme a-t-il vécu ou survécu quand, à partir de 1877, la république apparut définitivement consolidée ? C'est l'histoire du boulangisme qui affaiblit la cause, du Ralliement prôné par Léon XIII qui éclaircit les rangs du royalisme, de l'avènement de Charles Maurras et de l'Action française qui lui redonnent hauteur et vigueur, de la condamnation de l'Action française, du dilemme Vichy-Alger, et enfin de la place actuelle du royalisme dans le combat des idées. Jean-François Chiappe ressuscite les événements et les comportements, brosse les portraits des grands acteurs, analyse les mentalités des Français. Il le fait avec cette élégance de style, cette finesse et cette rigueur qu'ont saluées aussi bien des universitaires de haut rang que des conteurs de grand souffle, et qui lui ont valu la plus haute distinction décernée à un historien, le premier Prix Gobert de l'Académie française.
Lien copié.