Article

La confiance un lien fondamental [article] / Jean-François Dortier; Christophe Rymarski

  • La confiance un lien fondamental [article] / Jean-François Dortier; Christophe Rymarski
  • Extrait de : SCIENCES HUMAINES N° 271; 01/06/2015; PP. 30-47
  • Que serait une société sans confiance, sans personne sur qui compter ? On confie sa santé au médecin, on confie ses enfants à l'école, son argent à la banque. On confie un secret à un ami... La confiance prend de multiples visages. A l'école, la confiance en soi est un adjuvant pour entreprendre et réussir. Elle peut-être un frein quand elle vient à manquer. Dans un couple, la confiance est l'un des socles d'une relation fondée désormais sur la reconnaissance et le soutien mutuel. La confiance est un ciment des relations sociales : dans l'entreprise, elle est l'un des rouages de la coopération. Dans l'économie, elle est un facteur de structuration des marchés. Elle est enfin une condition pour qu'eune démocratie fonctionne : on se rend compte que quand elle vient à manquer et que la méfiance généralisée s'installe, la société est malade. Si la confiance est présente à tous les étages, c'est parce qu'une société ne saurait s'en passer. D'où l'importance d'en cerner les contours et d'en percer les arcanes. Qu'Est-ce que la confiance ? Omniprésente dans les relations humaines, la confiance se laisse difficilement enfermer dans les filets de la théorie. On peut percer certains de ses mystères à partir de trois moments clés : quand elle s'installe, se maintient... puis s'effondre. D'où vient le manque d'assurance ? Le manque d'assurance varie selon les âges et la personnalité et prend parfois des allures pathologiques qui nécessitent éventuellement une thérapie. A l'école de l'estime de soi. La confiance en soi et celle que les enseignants accordent à leurs élèves jouent un rôle notable dans la réussite. D'où l'importance d'ajuster une pédagogie qui valorise les succès plutôt qu'elle sanctionne les échecs. La reconnaissance mutuelle, règle d'or du couple. Le couple contemporain aspire à une relation équilibrée : on attend de l'autre fidélité, soutien et reconnaissance, et réciproquement. Derrière le marché, les relations personnelles. L'essor e l'économie de marché a longtemps été encastré dans un réseau de relations familiales, amicales et claniques. La bonne réputation, les relations personnelles ont longtemps joué un rôle de régulateur des relations marchandes. Travail : les conditions de la coopération. Au travail, pas de confiance sans méfiance. Et si la philosophie de Paul Ricoeur pouvait servir à penser les conditions d'une bonne coopération ? La politique française à l'âge de la défiance. Le niveau de confiance à l'égard des partis, syndicats et institutions politiques n'a jamais été aussi bas. Ce qui n'empêche pas un intérêt pour la chose publique.
Lien copié.