Monographie

Histoire du conflit moldo-transnistrien / Gilles-Emmanuel Jacquet

  • Texte
  • sans médiation
  • Volume
  • Histoire du conflit moldo-transnistrien / Gilles-Emmanuel Jacquet
  • Paris Connaissances et savoirs DL 2017
  • 1 vol. (452 p.); 20 cm
  • Collection L'esprit et la cité
  • Droit et sciences politiques
  • 978-2-7539-0484-2
  • 2-7539-0484-7
  • 9782753904842
  • Collection L'Esprit et la cité 2557-1753
  • Droit et sciences politiques Paris Connaissances et savoirs [2004]
  • 320.947 6
  • Bibliogr. p. 437-449. Notes bibliogr.
  • La 4e de couv. indique : "La République de Moldavie reste encore largement méconnue, tout comme le conflit armé qui l'opposa en 1992 à la République Moldave de Transnistrie, une entité autoproclamée et établie sur la rive orientale du Nistru/Dniestr. Le conflit moldo-transnistrien n'est pas seulement lié à l'effondrement de l'URSS, à la volonté des Moldaves d'obtenir la reconnaissance de leur langue, l'indépendance ou pour certains de se réunifier avec la Roumanie ainsi qu'au souhait des Transnistriens de préserver l'URSS puis d'obtenir leur propre indépendance mais il est aussi un héritage du passé de la région, des changements de souveraineté et de frontières, des mouvements de population qui se sont produits au cours des siècles, au gré des guerres, des occupations ou des révolutions. Aujourd'hui « gelé » le conflit moldo-transnistrien fait l'objet d'un long et complexe processus de négociations impliquant différents acteurs (Russie, Ukraine, États-Unis, Union Européenne, OSCE) dont les ambitions régionales sont la source de nombreuses tensions. Cet ouvrage s'intéresse à la genèse du conflit moldo-transnistrien, au conflit lui-même et aux négociations sur sa résolution à travers l'histoire de la région, son peuplement, les problématiques linguistiques ou identitaires qui y sont liées (comme celle existant au sujet des racines roumaines de la culture et de la langue moldaves) et le rôle des différents acteurs impliqués, qu'il s'agisse d'États, d'organisations régionales ou internationales, de groupes politiques locaux et de simples citoyens moldaves ou transnistriens ayant participé au conflit de 1992."
Lien copié.