Monographie

Les artilleries françaises . Première partie, 1786-1815 : l'artillerie à pied / dessins, Ludovic Letrun; textes de Jean-Marie Mongin; avec la participation de Jean-Philippe Imbach; légendes, Ludovic Letrun et Jean-Marie Mongin

  • Texte
  • Image fixe
  • sans médiation
  • sans médiation
  • Volume
  • Les artilleries françaises . Première partie, 1786-1815 : l'artillerie à pied / dessins, Ludovic Letrun; textes de Jean-Marie Mongin; avec la participation de Jean-Philippe Imbach; légendes, Ludovic Letrun et Jean-Marie Mongin
  • Bayeux Heimdal
  • C 2019
  • 1 vol. (240 p.) : ill. en coul., plans, fac-sim.; 31 cm
  • Album soldat
  • 978-2-84048-479-0
  • 2-84048-479-X
  • 9782840484790
  • Album soldat Bayeux Heimdal 20XX
  • [Les artilleries françaises. de la Révolution et du Premier Empire.]
  • 358.120 944
  • Bibliogr. p. 238
  • La 4e de couv. indique : "Le terme artillerie au Moyen-Âge désigne « l'ensemble des machines dont une armée fait usage ». Le corps de l'artillerie de cette époque est donc constitué d'officiers qui créent, emploient et entretiennent ces machines. Il faut attendre plusieurs siècles et bien des vicissitudes pour que l'artillerie soit enfin dotée d'une organisation efficace : ce sera l'oeuvre de Jean-Baptiste Vaquette de Gribeauval. C'est cette organisation, lentement mise sur pied par Monsieur de Gribeauval, inspecteur de l'Artillerie, pendant près de trente ans, qui resteront, peu ou prou, en vigueur jusqu'en 1825 et qui fait l'objet de l'ouvrage. À l'orée de la Révolution, l'artillerie est seulement considérée comme un « accessoire utile », selon les termes du penseur militaire Guibert. Mais elle acquiert rapidement ses lettres de noblesse et devient une « arme » à part entière au cours des campagnes qui se succèdent de 1792 à 1815. Vous découvrirez dans cet ouvrage les caractéristiques des pièces, l'organisation de l'artillerie et son utilisation tactique qui firent de l'arme savante française la meilleure artillerie du Monde."
Lien copié.