Article

Qu'est-ce que le conspirationnisme ? [article] / Jean-Bruno Renard; Martin Schiller; Emmanuel Taïeb; Pierre-André Taguieff; Rudy Reichstadt

  • Qu'est-ce que le conspirationnisme ? [article] / Jean-Bruno Renard; Martin Schiller; Emmanuel Taïeb; Pierre-André Taguieff; Rudy Reichstadt
  • Extrait de : DIPLOMATIE N° 73; 04/03/2015; PP. 38-63
  • La place croissante des idées conspirationnistes dans le monde d'aujourd'hui conduit à s'interroger sur ce phénomène. Il convient donc de se pencher sur les caractéristiques de la pensée conspirationniste, sur ses protagonistes, leurs motivations et sur les conspirateurs désignés. Les forces obscures. Théories du complot dans le monde arabo-musulman. Empêtré dans des crises successives, le monde arabo-musulman peine à sortir de l'ornière. En son sein, les logiques conspirationnistes, nourries par les complots bien réels des dernières décennies et entretenues par l'extrémisme religieux et des régimes peu scrupuleux, laissent peu de place à une autocritique et une réforme pourtant nécessaires. Les théories du complot : un discours politique. Les théories du complot ne sont pas seulement des récits destinés à faire douter du déroulement exact de divers évènements, elles sont surtout des accusations, des discours ciblés, et de puissants leviers à l'action politique. Dévoiler à tout prix. Le complotisme, entre paranoïa banale et extrémisme politique. Les récits complotistes permettent à nos contemporains désorientés de donner du sens aux évènements, de les rendre lisibles, et d'échapper ainsi au spectacle terrifiant d'un monde chaotique. En répondant aux besoins légitimes d'expliquer le monde et de se défendre contre la menace, ces récits renforcent toutefois la crédulité du public, et, par leur diffusion massive sur le Web, banalisent une vision paranoïaque des évènements. Les révolutions de couleurs : coups d'Etat fabriqués ou soulèvements populaires ? L'espace postsoviétique a été profondément ébranlé, il y a dix ans, par une série de mouvements populaires, les révolutions de couleurs, qui ont été interprétés comme marquant l'émergence de nouveaux modes de transition vers la démocratie reposant sur des techniques de contestation non-violentes. Régimes autoritaires et désinformateurs professionnels ont quand à eux agité la théorie du complot pour faire du terme une arme sémantique propre à diaboliser toute aspiration populaire à la liberté et à la dignité.
Lien copié.