Monographie

Le régime de Vichy

  • Le régime de Vichy
  • 2e édition mise à jour
  • Paris : PUF (Presses universitaires de France), impr. 2012
  • 1 vol. (127 p.) : couv. ill.; 18 cm
  • Que sais-je ? 1720 0768-0066
  • 978-2-13-059248-8
  • Que sais-je ? 1720 0768-0066
  • La 4e de couv. porte en plus : "Histoire de la France de Pétain". - Bibliogr. p. (123-125)
  • I. Un nouveau régime : Étrange défaite, étrange victoire; L’exode, la peur et le désordre; Le choix de l’armistice; Une généalogie; Le 10 juillet 1940; L’« État français »; La Révolution nationale; Pétain et Laval. - II. La stratégie de la collaboration (1940-1942) : Les objectifs; Une demande française; La politique des occupants; L’engrenage. - III. La France nouvelle : Les contradictions internes; La dictature charismatique; L’organisation économique et sociale; Le nouvel ordre moral. - IV. La violence d’État : L’État policier; Répression et exclusion; La xénophobie, les camps d’internement; La persécution des Juifs. - V. Dans la guerre totale nazie (1942-1944) : Guerre mondiale, guerre totale; Le débarquement en Afrique du Nord; La collaboration sans contreparties; La participation au génocide; La politique de la main d’œuvre; La Milice et la lutte contre la Résistance; Le gouvernement de Sigmaringen; L’épuration du régime. - VI. Les Français sous Vichy : L’État et l’opinion publique; Un spectre de réactions; Un espace national et colonial éclaté; L’évolution de l’opinion; Forces sociales et soutiens du régime
  • Le régime de Vichy est né de la défaite brutale de juin 1940 devant l’Allemagne nazie. De juillet 1940 à août 1944, le nouvel « État français » a été tributaire de l’occupation partielle puis totale de la France. Cependant, cette dictature charismatique dont la légitimité reposait presque entièrement sur le maréchal Pétain, a tenté d’imposer, sans l’intervention des occupants, un nouvel ordre politique, social et moral en rupture avec la République, défendant le principe d’une « communauté nationale » dont devaient être exclus les éléments « inassimilables » (juifs, communistes, francs-maçons, étrangers). Il a par ailleurs fait le choix d’une collaboration stratégique avec le IIIe Reich, dans l’espoir de voir la France se ménager une place dans l’horizon d’une Europe allemande. L’ouvrage retrace l’évolution de cette dictature en s’appuyant sur une historiographie qui a entièrement renouvelé le sujet depuis une quinzaine d’années. [4e de couv.]
  • Lien copié.