Monographie

Les Renaissances : 1453-1559

  • Les Renaissances : 1453-1559
  • Histoire de France [5]
  • Paris : Belin, DL 2010
  • 1 vol. (617 p.) : ill. en noir et en coul., portr., cartes, fac-sim., graph., tabl., couv. ill. en coul.; 24 cm
  • 978-2-7011-3362-1
  • 944
  • Bibliogr. p. 588-592. Chronol. Index
  • Partie I. UN ROYAUME PROSPERE : 1. Le nombre accru des hommes. - 2. Produire. - 3. Les mondes de l'échange. - 4. Le "beau XVIe siècle" : structures et conjonctures. - Partie II. UNE SOCIETE EN MOUVEMENT : 5. Les institutions du social. - 6. Une société aux opportunités sélectives. - Partie III. "LA GRANT MONARCHIE DE FRANCE" : 7. Autour du Prince. - 8. L'appareil monarchique. - 9. Les sujets et leur prince : une monarchie de la Renaissance ?. - Partie IV. UNE POLITIQUE DE PUISSANCE : 10. Les moyens d'agir. - 11. La monarchie et les principautés territoriales. - 12. Adversaires et alliés en Europe. - Partie V. AU TEMPS DES REFORMES : 13. Une religion "flamboyante" ?. - 14. Les chemins de la réforme. - 15. La Réforme française. - Partie VI. LA RENAISSANCE CULTURELLE : 16. Le projet humaniste. - 17. Langues, littératures, identités. - 18. Ruptures et continuités artistiques. - ATELIER DE L'HISTORIEN : 1. Les sources. - 2. Historiographies. - 3. Débats. - 4. Chantiers
  • Ce livre efface la coupure aussi traditionnelle qu'arbitraire entre le Moyen Âge et l'époque moderne. C'est toute cette période, de Charles VII à Henri II, qui est placée sous le signe "des" Renaissances. La fin de la guerre de Cent ans et des grandes crises socio-économiques, au milieu du XVe siècle, est effectivement le point de départ d'un renouveau général, des hommes, des échanges, des richesses... La période 1453-1559 est alors entraînée dans un mouvement de floraison, de dynamisme et de créativité en de multiples domaines; c'est ce siècle effervescent qui, en définitive, correspond bien à l'appellation de "beau XVle siècle". On a fait ici le choix d'en évoquer les principales facettes d'une manière plus thématique que chronologique, sans négliger pour autant, à l'intérieur de chaque développement, de faire apparaître les inflexions et les mutations, aussi bien pour les réseaux marchands que pour les affrontements religieux... Les six parties correspondent à des approches successivement démographique et économique, sociale, politique, de relations internationales, religieuse et culturelle. Nombre de thèmes de recherche développés récemment y trouvent bien évidemment leur place, qu'il s'agisse de la consommation ou des identités. D'autres en revanche, comme le genre, ont été mis en valeur dans I'"atelier de l'historien". Ce mode de présentation contribue à faire émerger une synthèse, au service d'une intelligibilité nouvelle de la période, avec le souci de mettre en valeur des problématiques, d'ouvrir des réflexions, en soulignant pour certains sujets les insuffisances, voire les contradictions, de l'historiographie et en nourrissant le propos de remarques critiques. Il s'agit bien ici d'un "certain regard "sur le temps des Renaissances. La dialectique du changement (emblématique des représentations sur la période) et des continuités s'impose d'une façon particulièrement nette : elle suppose d'évaluer avec justesse l'ampleur des mutations et des changements. Elle nourrit le débat, déjà ancien, sur la "modernité" de la Renaissance; s'agit-il vraiment de l'enfantement d'un monde nouveau ? N'est-elle pas plutôt le point d'aboutissement d'un certain rapport au monde, issu des derniers siècles médiévaux ? Cette interrogation permet de tisser la trame qui sépare ce temps lumineux des Renaissances des ténèbres des guerres de Religion. [4e couv.]
Lien copié.