Article

Complots, secrets et rumeurs. I, De Catilina à Staline

  • Complots, secrets et rumeurs. I, De Catilina à Staline
  • 33
  • 2006
  • p. 7-28 : ill. en noir et en coul.; 28 cm
  • Bibliogr. p. 28. Notes bibliogr.
  • 1. La conjuration de Catilina : Rome en danger ? / Catherine Virlouvet. - 2. Les rois maudits entre dagues et venins / Gilles Lecuppre. - 3. La sorcière et le roi : l'affaire des poisons / Hervé Drévillon. - 4. Une conspiration républicaine sous Louis XIV / Jean-Christian Petitfils. - 5. Staline, le tsar de toutes les machinations / Jean-Jacques Marie
  • Le complot est inhérent à la vie publique. Depuis l'Antiquité, tout pouvoir établi peut être menacé par une conspiration, celle d'un individu ou d'un groupe rêvant de gouverner à la place de César. A chacun ses armes : la dague ou le poison, etc. Quelques complots célèbres sont ainsi restés dans l'histoire. - 1. En 64 av. J.-C., Catilina et quelques nobles accablés de dettes prêtent serment de prendre le pouvoir à Rome et de s'emparer des plus grandes fortunes. Sur ce complot dénoncé par Cicéron les plus folles rumeurs ont circulé. Mais la République a bel et bien tremblé. - 2. En concentrant aux XIVe et XVe siècles le pouvoir entre leurs mains, les monarques européens s'exposent aux mécontentements et aux machinations. Pour les détrôner, tous les coups sont permis. - 3. Entre 1676 et 1679, un véritable réseau d'empoisonneurs et surtout d'empoisonneuses est découvert par la police de Louis XIV. De grandes figures de la Cour sont mises en cause, jusqu'à la favorite en titre, Mme de Montespan. On parle même de complot contre le roi. - 4. En 1674, le chevalier de Rohan et quelques amis de confiance rêvent de détrôner Louis XIV en profitant de la guerre de Hollande. Éventée, la conspiration fait long feu. Et conduit ses auteurs à la mort. - 5. Durant son règne au Kremlin, Staline n'a cessé d'imaginer des complots le menaçant, lui et son entourage. Une obsession qui est aussi une tradition dans l'histoire russe. Peu avant sa mort, Staline fabrique un ultime complot, celui des « blouses blanches ». Le 13 janvier 1953, la Pravda accuse neuf médecins, en majorité juifs, d'avoir assassiné deux dirigeants soviétiques Chtcherbakov en 1945, Jdanov en 1948 et d'avoir voulu tuer cinq généraux soviétiques sur ordre de l'association juive américaine Joint Committee, présentée comme une émanation de l'espionnage américain. Une vaste purge aux contours indéfinis semble se préparer. Cependant, le complot paraît si fantasmagorique que les héritiers de Staline, décédé le 5 mars 1953, le déclarent imaginaire. La Pravda l'affirme dès le 4 avril et annonce la réhabilitation des accusés. [Sources : auteurs]
Lien copié.