Thèse

Suivi à moyen terme de 55 patients ablatés chirurgicalement d'une fibrillation atriale par le système HIFU EPICOR [Texte imprimé] : l'expérience de la Pitié-Salpêtrière 2006-2007 / par Jules-Daniel Louembe; [sous la direction de] Jérôme Lacotte

  • Suivi à moyen terme de 55 patients ablatés chirurgicalement d'une fibrillation atriale par le système HIFU EPICOR [Texte imprimé] : l'expérience de la Pitié-Salpêtrière 2006-2007 / par Jules-Daniel Louembe; [sous la direction de] Jérôme Lacotte
  • [S.l.] : [s.n.], 2008
  • 1 vol. [53 f.]; 30 cm
  • Bibliogr. f. 51-54
  • Thèse d'exercice Médecine 2008 Versailles-Saint Quentin en Yvelines
  • Le système Epicor (Saint Jude Medical) utilise les ultrasons à haute intensité pour réaliser une ablation circonférentielle de la paroi postérieure de l oreillette gauche par voie chirurgicale, dans le but de traiter la fibrillation atriale.Nous avons étudié rétrospectivement 55 patients ayant bénéficié d une ablation par le système Epicor, par voie épicardique et à coeur battant, cette intervention étant réalisé dans le service de chirurgie cardiaque de l hôpital de la Pitié Salpétrièr entre mars 2006 et septembre 2007. L ancienneté de la fibrillation atriale était comprise entre 1 et 240 mois avec une moyenne de 65 mois. La fibrillation atriale était permanente chez 30 (54%) patients, paroxystique chez 23 (42%) d entre eux et persistante chez 2(4%) patients. Une chirurgie concomitante était réalisée chez 53 (96%) d entre eux. La procédure principale était une chirurgie valvulaire dans 64% des cas, une revascularisation coronaire dans 23% des cas, une chirurgie mixte (valvulaire et coronaire) chez 13% des patients. Outre l ablation par le système Epicor, 29(53%) patients ont eu une ligne mitrale réalisée par une baguette utilisant la même technologie.Aucun décès ni complication lié à la procédure d ablation n a été relevé. Neuf (16%) décès dont deux d origine cardiaque sont survenus au cours du suivi (cinq décès précoces et quatre décès tardifs). La durée moyenne du suivi a été de 10 mois avec un minimum de 3 mois et un maximum de 21 mois. Un patient a été perdu de vue. Au terme du suivi, 56% de la population était en rythme sinusal. 82% des patients du groupe FA paroxystique et 33% du groupe FA chronique étaient en rythme sinusal au terme du suivi. 5 (10%) patient ont bénéficié d un stimulateur cardiaque. Le caractère paroxystique était corrélé à une meilleure efficacité de l ablation (p=0.004)ce registre rétrospectif et monocentrique confirme la sécurité d emploi du système Epicor et procure de bons résultats chez les patients en fibrillation atriale paroxystique, même si l efficacité du système ne peut être quantifiée par cette étude.
Lien copié.