Monographie

L'oeil vivant : Corneille, Racine, La Bruyère, Rousseau, Stendhal

  • L'oeil vivant : Corneille, Racine, La Bruyère, Rousseau, Stendhal
  • Edition augmentée
  • Paris : Gallimard, impr. 2012
  • 1 vol. (308 p.); 19 cm
  • Tel 301 0339-8560
  • 978-2-07-075458-8
  • Tel 301 0339-8560
  • 840.9
  • Notes bibliogr.
  • " Pourquoi inventa Poppaea de masquer les beautés de son visage, que pour les renchérir à ses amants ? " demande Montaigne. Le caché fascine. Voir, regarder, c'est désirer saisir, pénétrer, posséder. Devenir " œil vivant " : tel est le vœu formulé par Rousseau. Interrogeant quelques grandes œuvres - Corneille, Racine, La Bruyère, Rousseau, Stendhal, Jean Starobinski montre comment, dans la création littéraire, l'exigence du regard, dépassant et détruisant la réalité visible, entraîne dans le monde de l'imaginaire; comment aussi, aiguisée par l'obstacle et la déception, elle incite à toutes les perversions : exhibitionnisme, voyeurisme, sadisme, refus de la réflexion. [4e de couv.]
Lien copié.